Page:NRF 11.djvu/735

Cette page n’a pas encore été corrigée


NOTES 729

Le style de V Enquête est de la même veine, sobre et forte, que celui de Marée fraîche ou de Vin de Champagne. On avait pu s'inquiéter de voir, dans le Rail, un excessif souci de concision violenter les phrases, les tronquer, les écraser l'une dans l'autre. Ce livre était mal accueillant, hérissé à plaisir ; il fallait relire deux fois des passages qui n'impliquaient en eux-mêmes aucune difficulté d'intelligence. Avec V Enquête on est de nouveau dans la clarté, aussi loin des concessions au désir de plaire, que des sacrifices au maniérisme de la sauvagerie.

J.S.

��LE THEATRE

��MIGUEL MANARA, mystère en six tableaux par O.'W. Mi/osz (Représentation du Théâtre Idéaliste).

Une courageuse petite troupe, désireuse de monter des chefs- d'œuvre, mais dépourvue de ressources, a eu la paradoxale et heureuse idée d'offrir des spectacles gratuits. Donnant l'exemple du désintéressement, elle a su l'encourager autour d'elle, et chacun sait qu'avec un tel levier on déplace des montagnes. Le Théâtre Idéaliste qui a déjà trouvé moyen de monter du Griffin et du Jammes, vient de représenter Miguel Manara de O.-W. Milosz. On se rappelle cette oeuvre noble et passionnée qui parut ici même en 191 2.

Quand on songe aux difficultés que représente la mise au point d'un pareil ouvrage dans un théâtre régulier, avec une troupe entraînée et qu'aucun autre souci ne distrait, on admire qu'avec des moyens de fortune on arrive à en réaliser même une ébauche. La représentation du Théâtre Idéaliste n'est pas davantage, mais pas moins non plus. On y a pressenti quelle

�� �