Page:NRF 11.djvu/732

Cette page n’a pas encore été corrigée


726 LA NOUVELLE REVUE FRANÇAISE

Il a assez d'esprit inné pour n'en pas chercher dans le jeu des rimes. Depuis Banville, nous avons eu Mendès hélas ! et Bergerat, les Rostand père et fils... — ce sont des souvenirs pénibles qu'il ne peut être avantageux à M. Derême de réveiller.

H. G.

L'ÂME DU VURGATOlKE.psiï Pierre Notàomè (Lamertin, Bruxelles).

J'ai parlé élogieusement ici, l'autre année, d'un poème de M. Pierre Nothomb. V Ame du Purgatoire confirme l'impression que m'avait donnée 'Notre-Dame du Matin et je répéterais à son propos les mêmes choses. Blancheur, candeur, musique ; un sens exquis de l'immatériel, de plus en plus voisin de celui que nous admirons chez Van Lerberghe... Je transcrirai l'ascension vers la Lumière de l'âme délivrée de ses tortures purificatrices.

// bondit ! Il est la ! il est comme un éclair! Et sur la mer

Son ombre de feu resplendit : Il déchire le ciel Wun vol surnaturel. Il vient h moi tout droit. Il est la Joie !

Je ne respire plus. Il m^ enlève Je ne vois plus, je n^ entends plus, je ne sais plus ! Je suis atome dans le rêve. Je suis un cri dans Vinconnu !

��Je vois battre des ailes, J^ entends chanter,

�� �