Page:NRF 11.djvu/730

Cette page n’a pas encore été corrigée


724 LA NOUVELLE REVUE FRANÇAISE

Et à celle-là répond celle-ci :

Seras-tu, cœur trop sensible, A la merci des saisons ? Réserve-toi, bonne cible ; Il est d^ autres trahisons. V amour, Vart et V amitié Te blesseront sans pitié ; Et, fol, tu te mets en deuil Pour peu que tombent les feuilles.

C'est le même homme qui, penché sur les yeux de son jeune enfant, s'écrie :

Tu m^es étranger déjà Ainsi que les autres hommes. Mon fils, tu n'es que cela : Tout le reste je V ignore.

Cet homme souffre et ne cache point qu'il souffre, et pour exprimer sa douleur choisit le plus humble langage. En ce temps de virtuoses et d'équilibristes, voilà qui sonne humain .^ et franc.

H. G.

��LA FLUTE FLEURIE, par Tristan Derîme, (Collection des Cinq).

Le Poème de la Pipe et de V Escargot annonçait la Flûte Fleurie. Mais il n'eût pas suffi à nous faire présager de quelle abondance,J| de quelle variété la veine ironique et lyrique de M. Derême ' était capable. Ce poète facile est un poète charmant. Il écrit des épitres comme Boileau, mais avec la plus cocasse imperti- nence et la plus folle imagination. C'est une sorte de Jammes qui accepterait une fois pour toutes d'être plaisant, de n'être qu'un adroit artiste et qui reculerait délibérément les bornes jusqu'ici permises de la fantaisie littéraire. Exemple :

�� �