Page:NRF 11.djvu/602

Cette page n’a pas encore été corrigée


59^ LA NOUVELLE REVUE FRANÇAISE

En proie à toutes les mains des lumières droites et durcies dans le plein jour,

Grisé par l'odeur de martyr des cierges ;

Avec les fleurs qu'on avait coupées pour toi sur la terrasse,

Tandis qu'une chanson de pauvre pleurait par- dessus le toit des ateliers dans une cour.

Que le bruit des pas pressés se heurtait et se trompait de toutes parts.

Et que les tambours de la Mort ouvraient et fermaient les portes !

�� ��Je t'ai cherché, je t'ai porté

Partout. — Dans un square désert au kiosque vide, où j'étais seul

Devant la grille du couchant qui sombre et s'éteint, comme un vaisseau qui brûle, derrière les arbres...

Un jour... dans quelque ville de province aux yeux mi-clos, qui tourne et s'éteint

Devant la caresse hâtive des express...

Dans une boutique où bougent d'un air bou- deur des figures de cendre ;

Sur la place vide où souffle l'oubli ;

Aux rides des rues, aux cris des voyages...

�� �