Page:NRF 11.djvu/599

Cette page n’a pas encore été corrigée


SÉJOUR DE STENDHAL A BRUNSWICK 593

d*amour. La Bibliothèque Britannique arrive enfin \ Je fais mon premier thème allemand.

Chaque homme est un paresseux : il met le bonheur derrière l'événement le plus facile. Henri, par exemple, dans les femmes comme madame Gherardi, et il y trouverait probablement Tennui. Où il trouvera le bon- heur, c'est dans le gr. {sic). Mais la paresse le retient.

Novembre 1808.

Charmant voyage à Cassel. Parti le 13 avec Tordre d'aller à Paris dans la poche, de retour le 20.

Bonhomie parfaite et gaieté de Meurizet, Morand. Ambition pateline de Héron de Villefosse.

Voyage très agréable. Aller et retour avec le Hollandais Mauvillon.

M. de Laf. et son aimable femme. Bonhomie. Quel contraste avec l'habit brodé 1

Il n'y a pas jusqu'à la petite Westphalen qui n'ait été bonne, dans ce voyage.

Il coûte 120 francs environ.

Stendhal.

��^ Beyle avait écrit, le 2 décembre 1807, au libraire Paschoud, pour s'abonner à la partie littéraire de la Bibliothèque Britannique. (Correspondance, éd. Paupc et Chéramy, t. II, p. 31 1-3 12.)

4

�� �