Page:NRF 11.djvu/598

Cette page n’a pas encore été corrigée


59^ LA NOUVELLE REVUE FRANÇAISE

impossible même pour eux, ce qu'on a tenté inutilement de leur rendre odieux. Je m'abstiendrais d'enlever une jolie femme à son mari, parce qu'un auteur estimé, nommé Tacite, auteur sérieux, flétrit ce crime ? La belle raison ! (Traduit de S. T. page 7 du i^"" volume.)

14 octobre 1808.

Les souverains ont, en fait de goût, un grand avantage: c'est d'être entourés, en artistes, de l'élite de ceux qui vivent de leurs jours. L'Empereur vient d'accorder une audience à Gœthe, à Erfurt, et de parler avec lui de litté- rature allemande. Le poète aura probablement présenté ses pensées mères. L'Empereur peut donc avoir des idées beaucoup plus saines de cette littérature que le commun des hommes. Et il en est ainsi pour tout.

Louis XIV conversait sur la poésie avec Boileau, Molière et Racine.

19 octobre 1808. La lumière qu'elle répandait était si sombre que nous

l'apercevions seulement sans en être éclairés.

... Un luth tout accordé. {Gil Blas, III, 269-270.) Ces traits me frappent. Ne pas se donner mal à la tête

en louchant, après avoir pris du café. M. Kuster copie la

bataille d'Oudenarde.

Le 28 octobre 1808. Le plus beau jour d'automne que j'aie remarqué ici. J'écris ce qui est ci-contre \ Charlotte jalouse et pénétrée

^ En face, Stendhal a noté quelques réflexions sur la guerre de la succession d'Autriche, à laquelle il travaillait à cette époque.

�� �