Page:NRF 11.djvu/576

Cette page n’a pas encore été corrigée


SJO LA NOUVELLE REVUE FRANÇAISE

tuyau ; mais puis-je le voir sortir du tuyau de... {des restes de netteté dans F esprit) ? — Non. Il faut me figurer M. La Saulsaye comme la tête de ces limaces dont les trompes oculaires s'allongent, et se retirent ensuite quand elles ont peur. Chaque idée nouvelle est comme une trompe nouvelle qui sort de la tête. ^)

Mais, comme je Tai dit, on ne se figure comme un tuyau de lunette qui s'allonge que les idées formant un raisonnement, comme : le grand juge est un homme qui ne se connaît pas lui-même, ou qui n'est susceptible que des émotions que donne l'exercice d'une autorité quel- conque.

Voilà le fait, la lunette rentrée dans elle-même, dont je vais tirer les tuyaux.

Il a quarante-cinq ans, trente-six mille livres de rente ; il demande de l'emploi, ce n'est pas pour gagner de l'argent, ce n'est pas par amour de la patrie. Donc, le grand juge, etc. C. Q. F. D.

28 janvier 1808.

Joli bal chez madame de Marenholtz. Je ne danse qu'une fois.

Jolie idée de M. de Villefosse qu'il faut comparer tous les états en Europe.

Les courtisans, presque semblables.

Les savants, idem.

Les négociants... Je l'arrête là : la froideur raisonnable et fière d'un Anglais, la bassesse et l'astuce italiennes.

^ C'est' exactement l'idée de Tracy, 178, ligne 18. (Note de Stendhal, écrite le même jour que la précédente.)

�� �