Page:NRF 11.djvu/545

Cette page n’a pas encore été corrigée


LES REVUES 539

Et des quatre ailes gentilles Et de toutes les coquilles. Le poids bien plus augmenta Quand tous au nid Von chanta. N* as-tu, 6 petite 'vierge ^ Comme en un buisson de cierges. Dans la pureté des lys Posé ton cœur comme un nid.

��Voici la conclusion d'une remarquable étude de M. Robert de Souza sur la. Poésie de Francis Fielé-Griffin (Grande Revue, 23 Janvier).

Des lecteurs se souviendront d'avoir lu ici même des affirmations dans ce genre : " Le symbolisme prétend connaître (?) par la sensa- tion, le classicisme est la compréhension de toutes choses (?) par l'esprit... Le symbolisme est abscons, le classicisme est lumineux. Le symbolisme affecte l'étrange, l'inattendu, le classicisme veut l'ordre, l'harmonie..., etc. " Ceux de ces lecteurs qui auront pris connais- sance des pages précédentes auront sans doute quelque mal à leur appliquer ces formules.

M. Charles Maurras, à l'époque où son principe de " politique d'abord" ne lui avait pas fait embrouiller toutes les questions, se gardait de couvrir des propositions aussi grossières. Il fut le premier, lorsque parut le second recueil des Cygnes, à saluer Francis Vielé- Griffin du nom de " maître ". Avant les plus belles œuvres du poète, avant la Clarté de Fie, avant Phocas, avant V Amour Sacré, avant la Lumière de Grèce^ il avait su découvrir le " sentiment exquis ", la *' rare perfection ", les " évocations belles à crier " qui se multiplièrent dans la suite. Son goût classique alors ne s'était pas trompé, s'il a cru depuis, sans doute, que la nécessité de sa politique l'empêchait de proclamer, à côté de Moréas, un second étranger parmi les plus purs défenseurs des lettres françaises.

On aura remarqué aussi que la pensée de Vielé-Griffin compro- met singulièrement tant d'enquêtes trop volontaires sur la jeunesse

�� �