Page:NRF 11.djvu/480

Cette page n’a pas encore été corrigée


474 LA NOUVELLE REVUE FRANÇAISE

LIVRE CINQUIÈME LAFCADIO

��— There is only one remedy ! One thing alone can cure us from being ourselves !...

— Yes ; strictly speaking, the question is not how to get cured, but how to live.

Joseph Conrad. Lordjim^ p. 226.

��I

��Après que Lafcadio fut entré, par Tintermédiaire de Julius et l'assistance du notaire, en possession des quarante mille livres de rente que feu le comte Juste-Agénor de Baraglioul lui laissait, son grand souci fut de n'en laisser rien paraître.

— Dans de la vaisselle d'or peut-être, s'était-il dit alors, mais tu mangeras des mêmes plats.

Il ne prenait pas garde à ceci, ou ne savait pas encore, que pour lui, désormais, le goût des mets allait changer. Ou du moins, comme il trouvait égal plaisir à lutter contre rappétit,à céder à lagourmandise,maintenant quene le pressait plus le besoin, sa résistance se relâchait. Parlons sans images : d'aristocratique nature, il n'avait permis à la nécessité de lui imposer aucun geste — qu'il se fût permis à présent, par malice, par jeu, et par amusement de préférer à son intérêt son plaisir.

�� �