Page:NRF 11.djvu/444

Cette page n’a pas encore été corrigée


43»

��LES CAVES DU VATICAN '

��LIVRE QUATRIÈME LE MILLE-PATTES

(Suitg)

��Fleurissoire se plaignant d*unc grande fatigue, Carola cette nuit l'avait laissé dormir, malgré l'intérêt qu'elle lui portait, et la tendresse apitoyée dont aussitôt elle s'était éprise lorsqu'il lui eut avoué son peu d'expérience en matière d'amour ; dormir du moins autant que le lui permettait l'insupportable démangeaison, tout le long du i corps, d'une grande quantité de morsures, tant de puces que de moustiques ;

— Tu as tort de gratter comme ça ! lui dit-elle le lendemain matin. Tu irrites. Oh ! ce qu'il est enflam- mé, celui-ci ! et elle touchait le bouton du menton. Puis, tandis qu'il s'apprêtait à partir : — Tiens ! garde ça en souvenir de moi ; et elle ajustait aux manchettes duj pèlerin ces bijoux saugrenus que Protos se fâchait de voir^

Voir là Nouvelle Re^ue Française du i" janvier et du i" février 1914.

��I

�� �