Page:NRF 11.djvu/37

Cette page n’a pas encore été corrigée


LES CAVES DU VATICAN 3I

bedeau de la paroisse a la clef, protège Penroulcment de la corde au bout de quoi la lanterne pend. En plus, deux cierges brûlent jour et nuit devant la sutue, qu'a portés tantôt Véronique. A la vue de ces cierges, qu'il sait brûler pour lui, le franc-maçon sent se ranimer sa fureur. Beppo qui, dans le retrait du mur où il niche, achevait de croquer un croûton et quelques griffes de fenouil, est accouru à sa rencontre. Sans répondre k son accorte salutation, Anthime Ta saisi par IV-paule ; penché sur lui, que dit-il, qui fasse tressaillir l*enfant ? — Non ! non ; le petit proteste. De la poche de son gilet, Anthime sort un billet de cinq lires ; Beppo s'indigne... Plus tard il volera peut-être ; il tuera même; qui sait de quelle éclaboussure sordide la misère tachera son front ? Mais lever la main contre la Vierge qui le protège, vers qui, chaque soir, avant de s'endormir il sou- pire, à qui chaque matin, au premier réveil, il sourit!... Anthime peut essayer de l'exhortation, de la corruption, du rudoiement, de la menace, il n'obtiendra de lui que refus.

Au demeurant ne nous y méprenons pas. Anthime n'en veut point précisément à la Vierge ; c'est spéciale- ment aux cierges de Véronique qu'il en a. Mais l'âme simple de Beppo ne consent pas à ces nuances ; et du reste, ces cierges, à présent consacrés, nul n'a le droit de les souffler...

Anthime que cette résistance exaspère a repoussé l'enfant. Il agira tout seul. Accoté contre la muraille, il empoigne sa béquille par le bas, prend un terrible élan en balançant le manche en arrière et, de toutes ses forces, il la lance contre le ciel. La canne carambole contre la paroi de la niche, retombe à terre avec fracas, entraînant

�� �