Page:NRF 11.djvu/369

Cette page n’a pas encore été corrigée


NOTULES 363

serrée qui tend à " réduire la vérité scientifique au type de la vérité morale ". J'espère que M. Gillouin me donnera plus à disputer une autre fois.

��*

��Etudes et recherches, par Albert de Bersaucourt (Mercure de France).

Si nous manquons d'une doctrine, les doctrines ne nous manquent point. M. de Bersaucourt nous rappelle aux faits, à ces faits grands ou menus dont est tissée la trame de l'histoire littéraire. Il nous aide à comprendre la genèse des Contes cruels de Villiers ; il nous montre, par les yeux d'un pamphlétaire, l'Académie en 1844; il étudie les Ennemis de Voltaire, Lamartine et l'Académie, un Procès de Victor Hugo. Je me suis intéressé surtout au long essai, fort documenté, sur Balzac et sa Revue Parisienne, puis à l'analyse détaillée de la Bibliothèque d^un Homme de goût, abondante en anecdotes, et bien révélatrice du goût moyen vers la fin du XVIIP siècle.

��Le trésor du tourisme, sous la direction de Chistian Beck : L'Italie septentrionale, vue par les grands écrivains et les voyageurs célèbres, préface par T. de Wyzezva (Mercure de France).

Pour qui n'a garde, en voyage, d'emporter sa bibliothèque, c'est plaisir de lire quand même Nietzsche à Gênes, Théophile Gautier à Vérone, Byron et Dickens à Ferrare, Musset, Henri de Régnier à Venise, Stendhal et le président de Brosses un peu partout. Les extraits prélevés par M. Beck sont variés et bien choisis ; les omissions ne doivent être imputées qu'au mauvais vouloir de quelques éditeurs.

�� �