Page:NRF 11.djvu/342

Cette page n’a pas encore été corrigée


336 LA NOUVELLE REVUE FRANÇAISE

��QUELQUES JUIFS (Israël Zangwill, Otto Weininger, James Darmesteter), par André Spire (Mercure de France).

Nul lecteur n*ouvrira ce livre sans être saisi fortement pi les faits, par les idées qu'il apporte, et par la passion dont il animé.

Aux esprits soucieux avant tout de s'instruire, je conseil de ne pas suivre Tordre des pages, qui les placerait d'al devant le cas le plus complexe. Qu'ils commencent donc par le troisième essai : ils y verront comment des Juifs d'élite, en France, concevaient la question juive avant la crise antisémite. Reprenant après un demi-siècle les spéculations de Joseph Salvador, James Darmesteter, le " Docteur pacifique ", ne s'in- quiète pas du sort de sa race ; le judaïsme (comme à Renan) lui paraît être moins une race qu'une tradition. Cette tradition peut se fondre dans la tradition française, et, fécondée par elle, la féconder à son tour ; car ses deux seuls dogmes essentiels : Unité divine et Messianisme, sont identiques aux principes modernes de la science et du mouvement social : unité des forces, croyance au progrès. Mais à mesure que Darmesteter, par ses études historiques et par les douleurs de sa vie, est con- duit à reconnaître dans la religion une des forces vives de l'humanité, il en vient à croire, à proclamer très haut, que la mission du prophétisme est de réveiller le sens de l'idéal chez des peuples trop épris du bien-être temporel, — et peut-être même de " rendre à l'Eglise le souffle de l'avenir, en lui rendant le sens des formules d'où elle est sortie ". Il publie Les Prophètes d"* Israël tn 1892, six ans après le début de la cam- pagne antijuive ; il meurt le 19 octobre 1894, quatre jours avant que la Libre Parole annonce l'arrestation du capitaine Dreyfus.

Avec cette âme ferme et douce, contraste l'âme ardente et tourmentée de l'étudiant Weininger. Celui-ci a grandi dans Vienne, au milieu d'un peuple hostile ; mais ce n'est pas par

�� �