Page:NRF 11.djvu/340

Cette page n’a pas encore été corrigée


334 ^A NOUVELLE REVUE FRANÇAISE

Laisso voula li bèlli rimo, Uno vertu sort de la primo, Vempèri greïo dins toun sang, Siesfortol E mangrat d^oumbro vano. Toute roso dis orto umano Flouris fougouso dins mi cant.

Tant de cop, courba sus ma sello, Jouvènt perdu long de la mar ; Ai escouta sout lis estello Lou pica de moun cor amar ; Tant de cop, enaussant moun aste. Ai courseja per li claus vaste La belle care que risié, E sounjave de tu, ma Race, E sounjave de moun Lausié. . . .

Vers tu, ma Race sérieuse,

Vène libre, amour ous e fort.

Apararas moun noum, piouse.

De Voublidançe e de la mort.

E quand, passa li jour de lagno,

Auras coucha la malamagno

E lis angeuisso e li trebaus.

En mountant au seum de la Glèri,

Ma Race, gardaras memori

Dôu Lausié d'Arle et de d'Arbaud. ^

  • Ma belle Race grave, — toi qui créas pour m'enfanter, — non-

chalante et mystérieuse, un peuple d'hommes travailleurs, — l'œuvre est en fleur, voici mon âme, — voici l'heure où de mes rameaux — l'odeur se répand dans le ciel, — du Laurier croît la ligne dure

— et renaissante, sur la cime, — monte la branche des oiseaux. Qu'importe les temps de torpeur, — de défaillance et de ténèbre ?

— Au souflîe vif de la victoire, — j'ai, volontaire, ouvert ton cœur ; — laisse s'envoler les belles rimes, — une vertu sort du

�� �