Page:NRF 11.djvu/318

Cette page n’a pas encore été corrigée


312 LA NOUVELLE REVUE FRANÇAISE

L'ironie d'Hamlet est un acide puissant : il ne faut qu'une goutte pour précipiter tous les men- songes de l'opinion. Le fond de la vie, la question divine est toujours au premier plan de sa pensée et de ses jugements : voilà ce qui fait l'ironie des. paroles. Rien de plus fou pour le reste des hommes. Et parce qu'il le sait, quelle ironie dans celui qui parle ! Après un excès de tristesse, l'ironie est le retour des dieux sur eux mêmes. Que celui qui joue les rois soit le bienvenu ! '" Mais les dieux ont l'ironie tragique. Et l'ironie tragique est pleine de menaces.

��VII

��LE RESTE EST SILENCE

Ainsi, qu'il vienne d'Allemagne et de l'univer- sité, ou d'Angleterre, ou du cimetière et d< l'esplanade, Hamlet rentre toujours de voyage il sort de méditation, et il tombe parmi les hommes. Au milieu de ces comédiens, il a bien lieu de se plaire aux comédiens de profession ceux là du moins jouent les rôles que leur ontj confiés les poètes ; et il peut y avoir de beaux! rôles.

Fortimbras, le bon capitaine qui résout tous le^ problèmes par le poing et l'épéc, ne conclut rienj

�� �