Page:NRF 11.djvu/306

Cette page n’a pas encore été corrigée


300 LA NOUVELLE REVUE FRANÇAISl

— Rien dont il me souvienne.

— Cherchez ! cherchez ! Rappelez-vous ; au nom du ciel !...

— Non vraiment, balbutiait Amédée terrifié ; je crois pas lui avoir rien dit.

— Qu'aurez-vous laissé voir ?

— Non, rien, vraiment, je vous assure. Mais voi faites très bien de m'avertir.

— Dans quel hôtel vous a-t-il emmené ?

— Je ne suis pas à Thôtel ; j'ai pris chambre partiel lière.

— Qu'à cela ne tienne. Enfin où êtes-vous descendu

— Dans une petite rue que certainement vous m pouvez pas connaître, bredouilla Fleurissoire extrêmement gêné. — Peu importe : je n'y resterai pas.

— Faites bien attention : si vous partez trop vite, voi aurez l'air de vous défier.

— Oui, peut-être. Vous avez raison : il vaut miei que je n'en parte pas tout de suite.

— Mais combien je remercie le ciel qui vous a faii arriver à Rome aujourd'hui ! Un jour plus tard et je vouè^ manquais ! Demain, pas plus tard que demain, je dois aller à Naples voir une sainte et importante personne qui^ en secret, s'occupe beaucoup de l'affaire.

— Ne serait-ce pas le cardinal San-Felice ? demanda tout tremblant d'émotion Fleurissoire.

Le curé stupéfait fit deux pas en arrière :

— • Comment le savez-vous ? Puis, se rapprochant : —

Mais pourquoi m'étonner ? Seul à Naples il est dans le

secret de ce qui nous occupe.

— Vous... le connaissez bien ?

�� �