Page:NRF 11.djvu/299

Cette page n’a pas encore été corrigée


LES CAVES DU VATICAN 293

que le clergé, le vrai, ne devînt instruit de l'affaire, et dépensait à protéger ses derrières autant d'ingéniosité qu'à pousser de l'avant ; mais il était divers, et, de plus, admi- rablement secondé ; d'un bout à l'autre de la bande (elle avait nom le Mille-Pattes) régnaient une entente et une discipline merveilleuses.

Averti le même soir par Baptistin de l'arrivée de l'étranger et passablement alarmé d'apprendre que celui-ci venait de Pau, Protos, dès sept heures du matin, s'amena le lendemain chez Carola. Elle était encore couchée.

Les renseignements qu'il obtint d'elle, le confus récit qu'elle fit des événements de la nuit, de l'angoisse du " pèlerin " (c'est ainsi qu'elle surnommait Amédée), de ses (protestations, de ses larmes, ne pouvaient lui laisser de [Idoutes. Décidément la prédication de Pau portait fruit ; [iiiais non point précisément la sorte de fruits qu'eût pu [louhaiter Protos ; il fallait tenir l'œil ouvert sur ce fcroisé naïf qui, par ses maladresses, pourrait bien éventer [la mèche...

— Allons ! laisse-moi passer, dit-il brusquement à Carola.

Cette phrase pouvait paraître bizarre, car Carola restait couchée ; mais le bizarre n'arrêtait point Protos. Il mit pn genou sur le lit ; passa l'autre par-dessus la femme, et [pirouetta si habilement que, repoussant un peu le lit, il se ^trouva d'un coup entre le lit et la muraille. Sans doute [Carola était-elle habituée à ce manège, car elle demanda "simplement :

— Qu'est-ce que tu vas faire ?

— Me mettre en curé, répondit Protos, non moins simplement.

�� �