Page:NRF 11.djvu/280

Cette page n’a pas encore été corrigée


274 LA NOUVELLE REVUE FRANÇAISE

— Mais c'est abominable ! Il faut en aviser Rampolla, s'écria Julius.

— L'aviser de quoi, cher ami ? Il est de fait que je suis un peu dénué ; mais qu'avons-nous besoin davan- tage ? J'errais, du temps de ma prospérité ; j'étais pécheur ; j'étais malade. A présent, me voici guéri. Jadis vous aviez beau jeu de me plaindre. Vous le savez, pourtant : les faux biens détournent de Dieu.

— Mais enfin ces faux-biens vous sont dus. Je consens que l'Eglise vous enseigne à les mépriser, mais non point qu'elle vous en frustre.

— Voici parler, dit Véronique. Avec quel soulage- ment je vous écoute, Julius. Ses résignations, à lui, me font bouillir ; pas moyen de l'amener à se défendre ; il s'est laissé plumer comme un oison, disant merci à tous ceux qui voulaient bien prendre, et prenaient au nom du Seigneur.

— Véronique, il m'est pénible de t'entendre parler ainsi ; tout ce qu'on fait au nom du Seigneur est bien fait.

— Si vous trouvez plaisant d'être jobard.

— Dans jobard il y a Job, mon ami. Alors Véronique, se tournant vers Julius :

— Vous l'entendez ? Eh bien ! il est pareil à cela tous les jours ; il n'a plus en bouche que des capucinades ; et quand j'ai bien trimé, faisant marché, cuisine et ménage, Monsieur cite son Evangile, trouve que je m'agite pour bien des choses et me conseille de regarder les lys de champs.

— Je t'aide de mon mieux, mon amie, reprit Anthime, d'une voix séraphique ; je t'ai maintes fois proposé, puis

�� �