Page:NRF 11.djvu/275

Cette page n’a pas encore été corrigée


LES CAVES DU VATICAN 269

— La Loge !... Quelle Loge ?

— Mais comment veux-tu que je sache ? Valentine a promis de ne pas en parler.

— Qui est-ce qui lui a raconté tout cela ?

— Elle m'a défendu de le dire... Un chanoine, qui est venu de la part d*un cardinal, avec sa carte...

Arnica n'entendait rien aux affaires publiques et, de ce que lui avait raconté Madame de Saint-Prix, ne se faisait qu'une représentation confuse. Les mots captivité^ empri^ sonnement levaient devant ses yeux des images ténébreuses et semi-romantiques ; le mot croisade l'exaltait infiniment, et lorsque, enfin ébranlé, Amédée parla de partir, elle le vit soudain en cuirasse et en heaume, à cheval... Lui marchait à présent à grands pas à travers la pièce ; il disait :

— D'abord, de l'argent, nous n'en avons pas... Et tu crois que cela me suffirait, d'en donner ! Tu crois, parce que je me serais privé de quelques billets, que je pourrais reposer tranquille ?... Mais, chère amie, si ce que tu me dis est vrai, c'est une chose épouvantable, et qui ne nous permet pas de nous reposer. Epouvantable, tu comprends.

— Oui, je sens bien, épouvantable... Mais tout de même explique-moi un peu... pourquoi ?

— Oh ! s'il faut à présent que je t'explique !... et Amédée, la sueur aux tempes, levait des bras découragés.

— Non ! non, reprenait-il ; ce n'est pas de l'argent qu'il faut donner ici ; c'est soi-même. Je vais consulter Blafaphas ; nous verrons ce qu'il me dira.

— Valentine de Saint-Prix m'a bien fait promettre de ne point parler de cela à personne, hasarda timidement Arnica.

�� �