Page:NRF 11.djvu/261

Cette page n’a pas encore été corrigée


»

��LES CAVES DU VATICAN 255

ï — Pas votre accent. Vraiment vous parlez le français

��avec une pureté...

— Vous êtes trop aimable. Madame la comtesse, excusez-moi de vous quitter abruptement. Grâce à notre petite combinaison, je vais pouvoir gagner Narbonne ce soir même, où Tarchevêque m'attend avec une grande impatience. Adieu !

Il avait pris les mains de la comtesse dans les siennes et la regardait fixement le buste reculé :

— Adieu, comtesse de Saint-Prix — puis un doigt sur ses lèvres : — Et souvenez-vous qu'un mot de vous peut tout perdre.

Il n'était pas plutôt sorti que la comtesse courait à son cordon de sonnette.

— Sidonie, dites à Pierre qu'il ait à tenir la calèche toute prête, sitôt après le déjeûner, pour aller en ville. Ah ! un instant encore... Que Germain enfourche sa bicyclette et porte immédiatement à Madame Fleurissoire le mot que je vais vous donner.

Et penchée sur le secrétaire qu'elle n'avait point refer- mé, elle écrivit :

Ma chère Arnica^

Je passerai vous voir tantôt. Attendez-moi vers deux heures, y^ai quelque chose de trh grave à vous dire. Arran- gez-vous de manière à ce que nous soyons seules.

Elle signa, cacheta, puis tendit l'enveloppe à Sidonie.

�� �