Page:NRF 11.djvu/220

Cette page n’a pas encore été corrigée


214 LA NOUVELLE REVUE FRANÇAISE

spirituelle mais entêtée, sur la tombe du vieil évêque, pourquoi ne pas venir, relapse, vous endormir dans l'ancienne et douce hérésie ?

��II

HYDROTHÉRAPIE

Matin glauque, morne, obscur. Du froid. Des hommes poussent de la boue avec des balais. De hautes maisons crépusculaires sont de la fumée géométrique.

Chez Beni-Barde. Du chaud, de lumineux globes d'église, un silence de tapis. — Puis : une cabine lambrissée comme une sacristie. Devant un miroir de brume, je me déshabille. Du stilobate d'acajou sort un long phénomène, plat comme une raie, transparent comme une méduse et qui se met à flotter dans l'air à la manière d'un lent poisson d'aquarium. Il s'échappe ; je le suis, dou- cement enlevé, léger et sentant mon poids, jusqu'au plafond. — Dans une pièce plus claire, l'eau tiède ruisselle. Vers des globules de soleil qui dans un angle pétillent, je nage. Un cristal épais m'arrête, où je colle ma bouche. Derrière lui, je vois se continuer un océan immense et vert : quelques algues, un brouillard de clarté paisible, l'infini... Alors, d'un langoureux mouvement oblique des

�� �