Page:NRF 11.djvu/219

Cette page n’a pas encore été corrigée


POEMES EN PROSE 213

d'un geste de bénédiction il relevait sa dure mous- tache, et à travers ses lèvres édentées il sifflait :

" Vous ne m'accepteriez, Madame, qu'ortho- doxe dans le scepticisme, à défaut de religion constante. "

Et se tournant vers moi :

" Votre maîtresse aime l'amour, elle ne vous aime pas. Comment comprendrait-elle qu'on se sacrifie pour une manière individuelle de penser? "

��* *

��11 appelait son domestique en jaquette noire, qui, sur le perron ruiné, nous servait du malaga, et, traînant sur les marches disjointes sa robe de chambre violette, suivi de sa troupe de volailles, il passait sa bague à votre doigt, pour vous baiser la main, en nous disant adieu.

�� ��Puis, vous m'avez quitté, et notre évêque a vieilli. Souvent il me disait : " On ne revient volontiers qu'à ses erreurs ", comme pour me promettre votre retour. Son lit épiscopal en sapin doré, qui sur trois marches de velours se dresse, à nous deux il l'a légué.

��* *

��O maîtresse orthodoxe et charmante, croyante ?

�� �