Page:NRF 11.djvu/212

Cette page n’a pas encore été corrigée


206 LA NOUVELLE REVUE FRANÇAISE

��*

  • *

��Pourtant tout est la de nos âmes r espoir qui me fit téméraire ; r amour qui parmi les femmes te couronna de lumière ;

r erreur qui reste mon orgueil ; la joie qui me fit sans rival ; la force qui va foulant le deuil ; la gloire dont le rêve fait mal.

La-bas^ tout encore est pareil au rêve superbe et sacré qui te drapa du voile vermeil dont les dieux sont parés.

�� �