Page:NRF 11.djvu/19

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


enleva l'épingle-camée, puis le foulard. Sa nuque était puissante, qu’encerclait un col demi-haut, échancré par devant et dont il rabattait les pointes. Ici, malgré tout mon désir de ne relater que l’essentiel, je ne puis passer sous silence la loupe d’Anthime Armand-Dubois. Car, tant que je n’aurai pas plus sûrement appris à démêler l’accidentel du nécessaire, qu’exigerais-je de ma plume sinon exactitude et rigueur ? Qui pourrait affirmer en effet que cette loupe n’avait joué aucun rôle, qu’elle n’avait pesé d’aucun poids dans les décisions de ce qu’Anthime appelait sa libre pensée ? Plus volontiers il passait outre sa sciatique ; mais cette mesquinerie, il ne la pardonnait pas au bon Dieu.

Ça lui était venu il ne savait comment, peu de temps après son mariage ; et d’abord il n’y avait eu, au sud-ouest de son oreille gauche, où le cuir devient chevelu, qu’un cicer sans autre importance ; longtemps, sous l’abondant cheveu qu’il ramenait en boucle par dessus, il put dissimuler l’excroissance ; Véronique elle-même ne l’avait pas encore remarquée, lorsque, dans une caresse nocturne sa main soudain la rencontrant :

— Tiens ! qu’est-ce que tu as là ? s’était-elle écriée.

Et comme si, démasquée, la grosseur n’avait plus à garder de retenue, elle prit en peu de mois les dimensions d’un œuf de perdrix, puis de pintade, puis de poule et s’en tint là, tandis que le cheveu plus rare se partageait à l’entour d’elle et l’exposait. A quarante-six ans Anthime Armand-Dubois n’avait plus à songer à plaire ; il coupa ras ses cheveux et adopta cette forme de faux-cols demi-hauts dans lesquels une sorte d’alvéole réservée cachait la loupe et la révélait à la fois. Suffit pour la loupe d’Anthime.