Page:NRF 11.djvu/175

Cette page n’a pas encore été corrigée


NOTES 169

��*

��AU MUSÉE JACQUEMART-ANDRÉ, AUX GALE- RIES DRUET, BERNHEIM, MALPEL, etc.

L'ouverture récente du Musée Jacquemart-André est un événement trop exceptionnel pour que l'on ait scrupule à reconnaître qu'il prime aujourd'hui tous les autres. Ce n'est pas diminuer la valeur et l'importance des ouvrages nouveaux qui furent exposés ces derniers temps aux galeries Druet, Bernhcim, Ch, Malpel, etc. par MM. Déziré, Flandrin, Signac, etc., que de les sacrifier aux Rembrandt, aux Fragonard, aux Donatello et aux Carpaccio en possession desquels vient d'entrer l'Institut et dont s'est enrichi le trésor public de la France. M. Déziré a senti à neuf et rendu le grand style de la campagne romaine, fixé délicatement par Corot ; sa manière, toujours simple et sobre, s'est en quelque sorte élargie. Je trouve au contraire chez M. Flandrin, une recherche de liberté et de nuance qui ne nuit pas au style acquis ; à côté de ses frais paysages du Jura, j'aimerais qu'il nous donnât en plus grand nombre des pages aussi larges et aussi intimes que son récent Portrait de petite fille. Y -xwYiQx^à^ o^wQ. M. Denis, qui participait à l'exposition du " premier groupe " chez Druet, cultivât plus spécialement désormais sa manière forte, et qu'aux jeux irisés d'une fine lumière, il préférât souvent les fortes oppositions de valeurs qui faisaient la force et la poésie de ce tableau très remarqué, représentant deux jeunes filles, en robe sombre, lisant au bord d'une terrasse, sur un fond de mer, au soleil couchant. Enfin, quoique M. Signac ait depuis longtemps atteint à la maîtrise personnelle qu'il avait ambitionnée, je me plais à trouver des ressources neuves dans ses tableaux les plus récents... — Mais les occasions ne nous manqueront pas de reparler de ces artistes ; ils seront longtemps d' " actualité ", tandis que les œuvres anciennes réunies au Musée André,

��12

�� �