Page:NRF 11.djvu/167

Cette page n’a pas encore été corrigée


NOTES I 6 I

sée qui ne doive avoir sa biographie asez précise et complète pour qu'elle serve d'enseignement ou d'exemple. Les éléments en existent bien dans les archives et les bibliothèques ; mais c'est dans ces labyrinthes qu'il est impossible de se guider : pour chercher il faut avoir trouvé, sinon l'on se confie au hasard, et l'on perd toujours à la recherche tant de temps, de sagacité, d'intelligence qu'on finit par perdre de vue la vérité que Ton cherche à tâtons et par s'éterniser dans la recherche même. Il en résulte les énormes volumes de biographie ou de critique à l'allemande où l'on retrouve pêle-mêle les accidents de ce voyage, mais rien du but à atteindre et qui est resté invisible. Combien ne voit-on pas de travailleurs ou de curieux, que l'exigence d'un diplôme ou encore leur goût personnel ont poussés à vouloir comprendre clairement un écrivain, un homme, une époque, consacrer ou plutôt dépenser à la recherche maté- rielle des documents l'ardeur qu'ils auraient dû garder pour concevoir du sujet une idée originale ?

De quel bienfait ne serait-ce point pour la pensée humaine que d'avoir des arbres généalogiques, en quelque sorte, des œuvres de la pensée, de pouvoir se servir d'une bibliographie complète et bien faite du roman, de la poésie, du théâtre ? Or celle du théâtre existe et c'est le catalogue de M. Rondel. Mais que le vœu généreux que son auteur en forme ne se réalise point et ce travail de toute une vie, point de départ possible d'une infinité de travaux, sera perdu en quelques jours d'en- chères, et une des assises de la connaissance de notre littérature q[u'il aura patiemment édifiée, sera dispersée à jamais.

Théodore Lascaris.

��L'IRRÉGULIÈRE, par Edmond Sée (Théâtre Réjane).

Le moindre ouvrage dramatique de M. Edmond Sée a droit à des égards tout spéciaux. On ne relève dans aucun cette

�� �