Page:NRF 11.djvu/129

Cette page n’a pas encore été corrigée


LE CINQUANTENAIRE d'aLFRED DE VIGNY I23,

pu divaguer largement sur le rôle social et la fonction humaine du Poète, il ne l'avait point investi d'une sensi- bilité féminine, maladive et compliquée, ni mis devant un miroir cette nature privilégiée : les Mages touchent bien, la corde opposée à la Maison du Berger^ à V Albatros de Baudelaire, au Guignon de Mallarmé. Vigny a bâti la tour d'ivoire, avec un peu de l'âme encore (la Bouteille à la mer l'atteste) d'un bon architecte romantique : ceux qui viennent après, et qui ont passé par Gautier, par Fortunio^ par l'atelier des décorateurs, l'ornent de miroirs pervers, de " lits plein d'odeurs légères, de divans profonds comme des tombeaux. "

Ceci encore, (il ne s'agit pas d'influence, mais de communauté de génie) que les trois poètes, victimes d'un rêve trop haut, d'inquiétudes trop aiguës vers l'irréalisable n'ont laissé, dans le creux non rempli de nos mains,, qu'une œuvre raréfiée, mutilée, le mince volume

Calme bloc ici bas chu d^un désastre obscur^

qu'ils semblent élever, comme César, au dessus d'un nau- frage. Tous trois ont abondé en projets; nous connaissons leurs livres d'esquisses, leurs poèmes en prose, que non seulement la mauvaise fortune, mais une volonté débile, et surtout la Némesis, la stérilité naturelle chez le poète qui ne sait que lui, ont conservés dans les limbes.

Ceci enfin que cette chaîne aboutit à un symbolisme, que le symbolisme a son ancêtre romantique dans Vigny comme le Parnasse avait eu son ancêtre romantique dans^ Gautier. Poète de la vie intérieure, c'est aux choses aussi, c'est à ses sujets poétiques que le génie de Vigny confère cette existence intérieure qui fait de leur dehors le signe

�� �