Page:NRF 11.djvu/1100

Cette page n’a pas encore été corrigée


I094 LA NOUVELLE REVUE FRANÇAISE

d*Octave Mirbeau. — " La Flandre ", extrait d'une conférence d*Emile Verhaeren. — " Veillée de Noël ", par Marguerite Audoux. — " Propos d'un Normand ", par Alain. —

— V Opinion (i i Avril et N*"» suivants) : " L'an prochain, à Jérusalem ", roman par J. J. Tharaud.

— VOlivier (Avril) : Deux poèmes de Mistral.

— Le Feu (Avril) : Réédition de l'étude de Lamartine sur Mistral.

— La Revue Critique des Idées et des Livres (lo Avril) :

Hommage à Mistral.

  • *

Revues Allemandes :

— Die GUldenkammer, Mars 19 14:

Sous la signature de Hans Franck un article sur le " drame de style ". Ce n'est pas d'aujourd'hui que date l'effort des Allemands pour atteindre à ce style dont ils ne cessent de déplorer l'absence. Dans tous les domaines de l'art et des lettres Stefan George, Karl Scheffler, Adolf Hildebrandt, Van de Velde, Georg Hermann, Paul Ernst ont tâché à sortir du chaos. Il semble qu'aujourd'hui dans la " lutte pour le style " on s'attache surtout à réformer, à re-former le drame allemand.

Sophocle ou Shakespeare ? Déjà Paul Ernst et Georg von Lukàcs se posaient la question. D'une manière qui n'est point pertinente, pense Hans Franck. D'accord avec ses devanciers pour proclamer que " drame naturaliste " est une antiphrase, il estime néanmoins qu'il faut désormais tenir compte des conquêtes récentes : celles du réalisme qui s'est assimilé le monde sensible, celles du néo-romantisme, qui s'est appliqué à l'analyse des réactions de l'âme. Mais il faut renoncer aussi bien au symbolisme facile de l'un qu'au pittoresque superficiel de l'autre. Il faut apprendre à " laisser tomber " tout ce qui ne concourt point à rendre l'idée et l'essence des choses ; se tenir à égale distance de Sophocle et de Shakespeare, tous deux trop

�� �