Page:NRF 11.djvu/1092

Cette page n’a pas encore été corrigée


I086 LA NOUVELLE REVUE FRANÇAISE

passage secret dans un monde infiniment plus beau que le nôtre, je songeais à ces quelques lignes autrefois lues dans la Revue Blanche : " Wells fait de vous ce qu*il lui plaît. Son imagina- tion, abstraite s'il en fut, se projette aussitôt sous une apparence concrète, sans effort, naturellement. Les sensations font corps avec le récit ; aucune n'en est détachable ; on se fait de l'évé- nement qu'il raconte une représentation continue. Ce n'est plus, à la manière d'Edgar Poe, l'analyse de l'état du patient ; mais une objectivité si précise qu'elle s'oppose et vraiment semble empiéter sur nous. "

Certes, je souscris entièrement à ce jugement. Mais, quel que soit l'intérêt que nous prenions aux moindres productions du Wells " première manière ", pourquoi tant différer la pré- sentation au public français des grands romans écrits sur le type de ce roman " divers, total, agressif" que l'auteur à! Ann Veronica définissait dans son manifeste de 191 2 ? Pourquoi laisser plus longtemps intraduites des œuvres aussi significatives que Kipps, the story of a simple soul^ Tono-Bungay, The New MachiavelU et Marriage ?

C.V.

��BoccACE, par Henri Hauvette (A. Colin, Paris 19 14).

Ce livre est la contribution la plus complète que l'on ait fournie jusqu'ici à l'histoire de la vie et des œuvres de Boccace. Il manquait un livre d'ensemble sur l'auteur du Dècamérm. C'est un Français qui en a le mérite. M. Hauvette s'est préoc- cupé d'élucider dans la mesure du possible les nombreux pro- blèmes d'érudition que soulève la biographie de Boccace, et de nous offrir une analyse et un commentaire serré de ses œuvres.

Il a dégagé des écrits qui précèdent le Décaméron tous les germes qui s'y épanouiront plus tard : descriptions exquises, vigueur et finesse à la fois de la touche psychologique, charme

�� �