Page:NRF 11.djvu/1087

Cette page n’a pas encore été corrigée


NOTULES IO81

audacieuse communion avec le dément, en l'aidant de son propre équilibre, il le rapproche de nous, il le rachète. — Bien que son métier ne rappelle que de fort loin celui des Fleun du mal et qu'il n'en ait pas la perfection, c'est à Baudelaire que François Porche s'apparente le plus intimement. C'est le même pathétique : les passions les plus simples, les plus quotidiennes de l'âme, relevées comme des mendiantes au coin des rues, qu'on lave et qu'on rhabille, et de toutes choses la purification par la sympathie. — Ce livre ne laisse pas au cœur de la joie, mais un austère réconfort, car il donne l'impression qu'il peut y avoir une grande richesse et une grande originalité à sentir comme tout le monde, à être un homme comme les autres.

��Pour la musique, poèmes par Léon-Paul Targue (Edition de la Nouvelle Revue Française).

De même qu'il n'a voulu mettre dans cette délicate plaquette que quelques poèmes, de même Fargue en chacun d'eux n'a déposé que la quintessence de son impression. Quelques touches rares et distinctes, les mots n'atteignant, ne reconnaissant le paysage qu'aux deux ou trois endroits nécessaires pour l'animer. Tout l'art du poète est dans l'extrême raffinement du choix ; tant il est sûr de son affaire, il s'amuse parfois à n'élire que ce qui peut sembler le moins important ; mais cette coquetterie demeure si habile, que l'évocation réussit quand même, et bien plus délicieuse d'être plus détournée. — Si la poésie est la culture du souvenir, voici l'un de ses plus subtils jardiniers, l'inventeur des " variétés '* les plus précieuses et les plus fragiles.

��Diderot, les plus belles pages (Mercure de France, 3 fr. 50),

L'œuvre énorme et inégale de Diderot se prête, entre toutes,

au choix et à l'élagage, mais on ne saurait en enfermer l'essentiel

II

�� �