Page:NRF 11.djvu/107

Cette page n’a pas encore été corrigée


POÈMES

��lOI

��Allons tous ensemble et jamais diminués Mais grossis de ceux qui passeront demain ; Et s*il advient que l*un s'arrête et nous quittey Je fais le serment de le ramener opiniâtrement.

Ainsi ce soir-là^ de mes vingt anSy

Oà fat eu grande joie et la première angoisse^

Je fis h moi-même cette promesse^

A moi rassemblé^ total et vivant.

��J* étais étendu sur le dos^ dans rherbey

Mes yeux étaient grands ouverts sur le ciel ;

Ayant capturé la première étoile

Enfouie au Zénithy

Ils la quittaient un peUy sans la perdre

Quand passait peureuse et papillotante

La chauve-souris.

��Mais comme le jeu de mes doigts dans r herbe

Ce jeu de mes yeux était machinaly

Car ils regardaient ailleurSy des visages,,.

�� �