Page:NRF 11.djvu/1058

Cette page n’a pas encore été corrigée


1052 LA NOUVELLE REVUE FRANÇAISE

erre sur les lèvres de Swift. Faut-il songer à Cervantes, comme le veut de Vogue ? Ou ne sommes-nous pas plutôt en présence de quelque chose de spécifiquement, de strictement russe ?

Passons avec M. Léger à l'étude des Ames mortes, Mêrtvyia doâchî. Le titre complet est ainsi conçu : Les Aventures de Tchitchtkov ou les Ames Mortes. M. Léger déclare que de tels doubles titres, à la mode aux environs des années quarante, nous sembleraient tout à fait bizarres aujourd'hui. Je pense bien que quelque jeune romancier doit se préparer actuellement à faire mentir cette assertion. Un peu plus haut, M. Léger donne une leçon de technique romanesque à Gogol : " Gogol, dit-il, a négligé au début de nous dire ce qu'était Tchitchikov et d'oii il venait. " Et il estime que ces explications prélimi- naires, cette présentation, étaient absolument nécessaires. Ordre logique, dirai-je, qui peut être cher à un philologue, à un abstracteur, mais non pas forcément ordre esthétique. Gogol observe, en somme, le précepte classique d'entrer, tout de suite, in médias res, dans le vif du sujet, dès le début du roman. Et toute l'école naturaliste ne procédera pas autrement, atten- dant, pour raconter le passé d'un personnage pris dans le mouvement d'une action, qu'un rien devienne un prétexte à cette évocation. M. Léger s'étonne encore que Gogol ait commencé à écrire ses Ames Mortes sans se rendre compte des proportions définitives de l'œuvre. Mais c'est le procédé commun à presque tous les romanciers d'aventures. Voyez Smollett, voyez Sterne, et rappelez-vous cette phrase du Roman Comique : " Et pendant que les bêtes mangèrent, l'auteur se reposa quelque temps et se mit à songer à ce qu'il dirait dans le second chapitre. " M. Léger se demande enfin pourquoi Gogol a sous-intitulé son livre Poème, et voici sa réponse : " Par ce sous-titre Poème, l'auteur voulait évidemment indiquer qu'il ne fallait pas tout prendre au sérieux dans son récit et qu'il y faisait une belle part à l'imagination. " Ah ! la plaisante explication. Et je ne sais évidemment pas le motif exact, la

�� �