Page:NRF 11.djvu/1041

Cette page n’a pas encore été corrigée


I035

��REFLEXIONS SUR LA LITTERATURE

��LA NOUVELLE CROISADE DES ENFANTS, par

Henry Bordeaux (Flammarion).

" Je récris avec certitude : le Kantisme est un poison pour l'intelligence française. Il l'engourdit et la paralyse. Tout père de chez nous, soucieux de transmettre le flambeau de sa race, devra en préserver ses fils. Il ne le leur laissera pas ignorer, mais il leur montrera son venin. " Ainsi parle M. Léon Daudet dans ses nerveux, savoureux, endiablés Fantômes et Vivants. J'ignore comment les pères de famille s'accommoderont de ces hauts devoirs, et de quelles mains subtiles ils démonteront la Dialectique transe endentale afin d'y rendre palpable à leur géni- ture, et claire sous le flambeau de leur race, la poche à venin. Ce que je sais bien, c'est que M. Henry Bordeaux n'expose point l'intelligence française aux poisons dont la menace le Kantisme. Au contraire de la Critique de la Raison Pure, les œuvres de M. Henry Bordeaux, et singulièrement la 'Nouvelle Croisade des Enfants, se présentent aux " pères de chez nous " sous le visage le plus souriant, le moins offensif. Un de ses admirateurs lui a consacré un livre qui s'appelle : Le Romancier de la famille française : " Quelles canailles que ces pères de famille ! " disait Talleyrand. Quels subtils et quels révolution- naires que ces romanciers de famille ! me disais-je en lisant la Nouvelle Croisade. Car ce livre se compose d'une préface et d'un roman, et la préface et le roman (oui, Monsieur !) m'ont intéressé comme des œuvres de futurisme très authentique.

�� �