Page:Musset - Œuvres complètes d’Alfred de Musset. Nouvelles et Contes II.djvu/38

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


un vieux gentilhomme de fort bonne compagnie. Plusieurs jeunes gens étaient déjà assis autour d’un tapis vert : Croisilles y prit modestement une place, et en moins d’une heure ses deux cents louis furent perdus.

Il sortit aussi triste que peut l’être un amoureux qui se croit aimé. Il ne lui restait pas de quoi dîner, mais ce n’était pas ce qui l’inquiétait.

— Comment ferai-je à présent, se demanda-t-il, pour me procurer de l’argent ? À qui m’adresser dans cette ville ? Qui voudra me prêter seulement cent louis sur cette maison que je ne puis vendre ?

Pendant qu’il était dans cet embarras, il rencontra son brocanteur juif. Il n’hésita pas à s’adresser à lui, et, en sa qualité d’étourdi, il ne manqua pas de lui dire dans quelle situation il se trouvait. Le juif n’avait pas grande envie d’acheter la maison ; il n’était venu la voir que par curiosité, ou, pour mieux dire, par acquit de conscience, comme un chien entre en passant dans une cuisine dont la porte est ouverte, pour voir s’il n’y a rien à voler ; mais il vit Croisilles si désespéré, si triste, si dénué de toute ressource, qu’il ne put résister à la tentation de profiter de sa misère, au risque de se gêner un peu pour payer la maison. Il lui en offrit donc à peu près le quart de ce qu’elle valait. Croisilles lui sauta au cou ; l’appela son ami et son sauveur, signa aveuglément un marché à faire dresser les cheveux sur la tête, et, dès le lendemain, possesseur de quatre cents nouveaux louis, il se dirigea derechef vers le tri-