Page:Musset - Œuvres complètes d’Alfred de Musset. Nouvelles et Contes II.djvu/345

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


sur une banquette, l’arrêtèrent au passage. L’un des deux le visa du doigt, comme s’il eût tenu un pistolet ; l’autre se leva et vint à lui :

— Il paraît, monsieur, lui dit le masque, en lui prenant le bras nonchalamment, que vous êtes assez bien avec notre marquise.

— Je vous demande pardon, madame, mais de qui parlez-vous ?

— Vous le savez bien.

— Pas le moins du monde.

— Oh ! si fait.

— Point du tout.

— Toute la cour le sait.

— Je ne suis pas de la cour.

— Vous faites l’enfant. Je vous dis qu’on le sait.

— Cela se peut, madame, mais je l’ignore.

— Vous n’ignorez pas, cependant, qu’avant-hier un page est tombé de cheval à la grille de Trianon. N’étiez-vous pas là, par hasard ?

— Oui, madame.

— Ne l’avez-vous pas aidé à se relever ?

— Oui, madame.

— Et n’êtes-vous pas entré au château ?

— Sans doute.

— Et ne vous a-t-on pas donné un papier ?

— Oui, madame.

— Et ne l’avez-vous pas porté au roi ?

— Assurément.