Page:Musset - Œuvres complètes d’Alfred de Musset. Nouvelles et Contes II.djvu/343

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



VI


Seul, plongé dans un vieux fauteuil, au fond de sa petite chambre, à l’auberge du Soleil, le chevalier attendit le lendemain, puis le surlendemain ; point de nouvelles.

— Singulière femme ! douce et impérieuse, bonne et méchante, la plus frivole et la plus entêtée ! Elle m’a oublié. Oh, misère ! Elle a raison, elle peut tout, et je ne suis rien.

Il s’était levé, et se promenait par la chambre.

— Rien, non, je ne suis qu’un pauvre diable. Que mon père disait vrai ! La marquise s’est moquée de moi ; c’est tout simple, pendant que je la regardais, c’est sa beauté qui lui a plu. Elle a bien été aise de voir dans ce miroir et dans mes yeux le reflet de ses charmes, qui, ma foi, sont véritablement incomparables ! Oui, ses yeux sont petits, mais quelle grâce ! Et Latour, avant Diderot, a pris pour faire son portrait la poussière de l’aile d’un papillon. Elle n’est pas bien grande, mais sa taille est bien prise. — Ah ! mademoiselle d’Annebault ! Ah ! mon amie chérie ! est-ce que moi aussi j’oublierais ?