Page:Musset - Œuvres complètes d’Alfred de Musset. Nouvelles et Contes II.djvu/33

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


épaules, il lui paraissait inconcevable qu’elle n’eût point encore inspiré une grande passion. Si elle eût dit le fond de sa pensée, elle eût volontiers répondu à ceux qui lui faisaient des compliments : « Eh bien ! s’il est vrai que je sois si belle, que ne vous brûlez-vous la cervelle pour moi ? » Réponse que, du reste, pourraient faire bien des jeunes filles, et que plus d’une, qui ne dit rien, a au fond du cœur, quelquefois sur le bord des lèvres.

Qu’y a-t-il, en effet, au monde, de plus impatientant pour une femme que d’être jeune, belle, riche, de se regarder dans son miroir, de se voir parée, digne en tout point de plaire, toute disposée à se laisser aimer, et de se dire : On m’admire, on me vante, tout le monde me trouve charmante, et personne ne m’aime. Ma robe est de la meilleure faiseuse, mes dentelles sont superbes, ma coiffure est irréprochable, mon visage le plus beau de la terre, ma taille fine, mon pied bien chaussé ; et tout cela ne me sert à rien qu’à aller bâiller dans le coin d’un salon ! Si un jeune homme me parle, il me traite en enfant ; si on me demande en mariage, c’est pour ma dot ; si quelqu’un me serre la main en dansant, c’est un fat de province ; dès que je parais quelque part, j’excite un murmure d’admiration, mais personne ne me dit, à moi seule, un mot qui me fasse battre le cœur. J’entends des impertinents qui me louent tout haut, à deux pas de moi, et pas un regard modeste et sincère ne cherche le mien. Je porte une âme ardente,