Page:Musset - Œuvres complètes d’Alfred de Musset. Nouvelles et Contes II.djvu/321

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


l’éventail sans se relever. Elle s’arrêta, sourit et passa, remerciant d’un léger signe de tête ; mais, au regard qu’elle avait jeté sur le chevalier, il sentit battre son cœur sans savoir pourquoi. — Il avait raison. — Cette jeune dame était la petite d’Étioles, comme l’appelaient encore les mécontents, tandis que les autres, en parlant d’elle, disaient « la Marquise » comme on dit « la Reine ».