Page:Musset - Œuvres complètes d’Alfred de Musset. Nouvelles et Contes II.djvu/28

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



IV


De tous les obstacles qui nuisent à l’amour, l’un des plus grands est sans contredit ce qu’on appelle la fausse honte, qui en est bien une très véritable. Croisilles n’avait pas ce triste défaut que donnent l’orgueil et la timidité ; il n’était pas de ceux qui tournent pendant des mois entiers autour de la femme qu’ils aiment, comme un chat autour d’un oiseau en cage. Dès qu’il eut renoncé à se noyer, il ne songea plus qu’à faire savoir à sa chère Julie qu’il vivait uniquement pour elle ; mais comment le lui dire ? S’il se présentait une seconde fois à l’hôtel du fermier général, il n’était pas douteux que M. Godeau ne le fît mettre au moins à la porte. Julie ne sortait jamais qu’avec une femme de chambre, quand il lui arrivait d’aller à pied ; il était donc inutile d’entreprendre de la suivre. Passer les nuits sous les croisées de sa maîtresse est une folie chère aux amoureux, mais qui, dans le cas présent, était plus inutile encore. J’ai dit que Croisilles était fort religieux ; il ne lui vint donc pas à l’esprit de chercher à rencontrer sa belle à l’église. Comme le meilleur parti, quoique le plus dangereux, est d’écrire aux gens lors-