Page:Musset - Œuvres complètes d’Alfred de Musset. Nouvelles et Contes II.djvu/26

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


dans ces fleurs, en interprétant leur langage ! Mais il n’y a que faire d’être Turc en pareille circonstance. Les fleurs qui tombent du sein d’une jolie femme, en Europe comme en Orient, ne sont jamais muettes ; quand elles ne raconteraient que ce qu’elles ont vu, lorsqu’elles reposaient sur une belle gorge, ce serait assez pour un amoureux, et elles le racontent en effet. Les parfums ont plus d’une ressemblance avec l’amour, et il y a même des gens qui pensent que l’amour n’est qu’une sorte de parfum ; il est vrai que la fleur qui l’exhale est la plus belle de la création.

Pendant que Croisilles divaguait ainsi, fort peu attentif à la tragédie qu’on représentait pendant ce temps-là, mademoiselle Godeau elle-même parut dans une loge en face de lui. L’idée ne lui vint pas que, si elle l’apercevait, elle pourrait bien trouver singulier de le voir là après ce qui venait de se passer. Il fit au contraire tous ses efforts pour se rapprocher d’elle ; mais il n’y put parvenir. Une figurante de Paris était venue en poste jouer Mérope, et la foule était si serrée, qu’il n’y avait pas moyen de bouger. Faute de mieux, il se contenta donc de fixer ses regards sur sa belle, et de ne pas la quitter un instant des yeux. Il remarqua qu’elle semblait préoccupée, maussade, et qu’elle ne parlait à personne qu’avec une sorte de répugnance. Sa loge était entourée, comme on peut penser, de tout ce qu’il y avait de petits-maîtres normands dans la ville ; chacun venait à son tour passer devant elle à la