Page:Musset - Œuvres complètes d’Alfred de Musset. Nouvelles et Contes II.djvu/24

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


ment considérable à la situation dans laquelle se trouvait le jeune homme ; il se sentit tout à coup attendri, ébranlé dans sa funeste résolution, et, pour ainsi dire, à la fois plus triste et moins désolé. Après avoir fermé les volets de la boutique, il sortit de la maison avec Jean, et, en traversant de nouveau la ville, il ne put s’empêcher de songer combien c’est peu de chose que nos afflictions, puisqu’elles servent quelquefois à nous faire trouver une joie imprévue dans la plus faible lueur d’espérance. Ce fut avec cette pensée qu’il se mit à table à côté de son vieux serviteur, qui ne manqua point, durant le repas, de faire tous ses efforts pour l’égayer.

Les étourdis ont un heureux défaut : ils se désolent aisément, mais ils n’ont même pas le temps de se consoler, tant il leur est facile de se distraire. On se tromperait de les croire insensibles ou égoïstes ; ils sentent peut-être plus vivement que d’autres, et ils sont très capables de se brûler la cervelle dans un moment de désespoir ; mais, ce moment passé, s’ils sont encore en vie, il faut qu’ils aillent dîner, qu’ils boivent et mangent comme à l’ordinaire, pour fondre ensuite en larmes en se couchant. La joie et la douleur ne glissent pas sur eux ; elles les traversent comme des flèches : bonne et violente nature qui sait souffrir, mais qui ne peut pas mentir, dans laquelle on lit tout à nu, non pas fragile et vide comme le verre, mais pleine et transparente comme le cristal de roche.