Page:Musset - Œuvres complètes d’Alfred de Musset. Nouvelles et Contes II.djvu/14

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


indispensable, et je croirais offenser Dieu si, avant de me donner la mort, je ne venais pas vous demander si vous voulez que j’épouse mademoiselle Julie. Je n’ai pas la moindre espérance que vous m’accordiez cette demande, mais je dois néanmoins vous la faire ; car je suis bon chrétien, monsieur, et lorsqu’un bon chrétien se voit arrivé à un tel degré de malheur, qu’il ne lui soit plus possible de souffrir la vie, il doit du moins, pour atténuer son crime, épuiser toutes les chances qui lui restent avant de prendre un dernier parti.

Au commencement de ce discours, M. Godeau avait supposé qu’on venait lui emprunter de l’argent, et il avait jeté prudemment son mouchoir sur les sacs placés auprès de lui, préparant d’avance un refus poli, car il avait toujours eu de la bienveillance pour le père de Croisilles. Mais quand il eut écouté jusqu’au bout, et qu’il eut compris de quoi il s’agissait, il ne douta pas que le pauvre garçon ne fût devenu complètement fou. Il eut d’abord quelque envie de sonner et de le faire mettre à la porte ; mais il lui trouva une apparence si ferme, un visage si déterminé, qu’il eut pitié d’une démence si tranquille. Il se contenta de dire à sa fille de se retirer, afin de ne pas l’exposer plus longtemps à entendre de pareilles inconvenances.

Pendant que Croisilles avait parlé, mademoiselle Godeau était devenue rouge comme une pêche au mois d’août. Sur l’ordre de son père, elle se retira. Le jeune homme lui fit un profond salut dont elle ne sembla pas