Ouvrir le menu principal

Page:Musée des Familles, vol.32.djvu/81

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
73
musée des familles.


LE COMTE DE CHANTELEINE[1].


ÉPISODE DE LA RÉVOLUTION.


Douarnenez. Dessin de A. de Bar.

XI. quelques jours de bonheur.

Après cette terrible soirée, dans laquelle la colère de toute une population se déchaîna contre un seul homme, le village de Douarnenez reprit son calme habituel, et, il faut le dire, les pécheurs retournèrent à leurs travaux accoutumés avec plus de confiance ; depuis la mort du maudit, ils ne pensaient pas avoir à redouter les représailles des républicains, qui ne connaissaient rien de l’affaire. Il n’en était pas ainsi du comte et de ses amis ; ils devaient craindre que le premier acte de la liberté d’Yvenat ne fût une dénonciation en règle contre les habitants de Douarnenez. On pouvait donc s’attendre, un jour ou l’autre, à la visite des gardes nationaux du département et des forcenés des villes.

  1. Reproduction et traduction formellement interdites, sauf autorisation spéciale de l’auteur et des éditeurs. Voir, pour les premières parties, les livraisons précédentes.