Page:Moressée - Un mariage à Mondorf, 1887.djvu/71

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
— 67 —

Les appels s’élevaient de tous les coins du parc jusqu’à ce que le régisseur y répondît. Alors, quand on l’avait trouvé, c’était une explosion de joie.

— Bonjour, monsieur Canon !

— Bonjour, mesdemoiselles.

— Voulez-vous être bien gentil ?…

— Mais certainement, comme toujours.

— Venez donc à notre secours. Nous sommes menacées de nous ennuyer, nous ne savons plus que faire, à quel jeu fort amusant jouer…

— Ce n’est que cela ?

Aussitôt M. Canon, doué du talent remarquable de savoir mettre son langage et son cœur au niveau do cette folle jeunesse, commençait de longues explications et apprenait aux fillettes un jeu du pays.

D’abord, elles étaient tout oreilles, attentives. Mais aussitôt qu’arrivait, au cours des explications, un mot de l’idiôme particulier au Luxembourg, que la règle obligeait de répéter et que le régisseur déclarait intraduisible, c’étaient des cris, des éclats de lire, des trépignements, tandis que le mot drôle à dire courait de bouche en bouche, tronqué, estropié, écorché.

Mais on avait compris la règle du jeu, toutefois, et sur un remerciement, la bande folle quittait M. Canon pour aller mettre sa théorie en pratique.

L’excellent homme retrouvait alors la paix… jusqu’au lendemain. Et dans l’intervalle, il feuilletait le recueil des jeux luxembourgeois et se pénétrait, pour la prochaine consultation qu’on viendrait lui demander, des secrets d’une nouvelle recette.

Marcelle, avec son intelligence droite, n’avait pas tardé à apprécier le mérite de M. Canon et à se