Page:Moressée - Un mariage à Mondorf, 1887.djvu/65

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
— 61 —

Pour intrépide, manifestement il avait dû l’être. Et les baigneurs, en sortant du pavillon, se communiquaient l’impression que leur avait faite le pauvre garçon. D’une pâleur mate, estompée seulement par le grand cercle de bistre qui soulignait les yeux et les poils follets d’une moustache naissante, on eût dit d’une statue de cire qu’un mécanisme ingénieux avait pour un moment animée, et qui allait être rendue à l’immobilité.

— Pauvre garçon, dit quelqu’un. Il ne fera pas de vieux os.

— Il ne passera point l’automne, ajouta une vieille dame.

— Hé ! hé ! survint un baigneur habitué aux prodiges accomplis depuis de longues années par la vertu de l’eau de Mondorf, vous allez peut-être un peu vite en besogne. Certainement ce jeune homme est bien bas : mais j’en ai vu revenir déjà de plus loin. Je parierais bien que le docteur ne pense pas comme vous et qu’il garde de l’espoir…

Le peu d’exercice que s’était donné Fernand pour venir à la source, l’avait épuisé : il avisa un fauteuil, placé contre la fenêtre devant une table où l’on avait étalé, à l’usage des malades, quelques albums d’illustrations. H se mit à feuilleter distraitement, attiré curieusement par le va et vient des baigneurs, se succédant par groupes au comptoir de la source….

Il était assis depuis quelques minutes quand le docteur entra. Fernand demeura presque ébahi. Jamais, au grand jamais, dans aucun des établissements de bains où il avait séjourné, il n’avait vu cette chose inouïe : le médecin occupé d’aussi bonne