Page:Moressée - Un mariage à Mondorf, 1887.djvu/257

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
— 253 —

obéi, de visiter la ville, que je, ne connaissais point encore. Vous-mêmes semblez la visiter aussi : je ne me permettrai pas de vous retenir davantage.

Mais comme il s’apprêtait à saluer de nouveau, M. Dubreuil le retint.

— Vous déplairait-il, M. Darcier, de rester en notre compagnie ? Je connais suffisamment Luxembourg pour vous servir de cicerone, et je serais désolé de vous voir refuser mes offres de service. Du reste, les curiosités de la ville ne sont point nombreuses, et en une heure nous aurons tout vu.

Alors, tirant son chronomètre de son gousset :

— Il est deux heures, dit-il, et ce n’est qu’à trois heures la reprise de l’audience. Nous avons donc suffisamment de temps pour achever notre promenade.