Page:Moressée - Un mariage à Mondorf, 1887.djvu/195

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Enfin, le chef de gare donna son coup de sifflet, la machine s’ébranla, et le train roula sur les rails, au bruit des hourrahs joyeux et des cris d’au revoir de ceux qui demeuraient sur le quai, se proposant de souper à Mondorf et de ne repartir qu’au train de nuit.