Page:Moressée - Un mariage à Mondorf, 1887.djvu/181

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
— 177 —

de courses de Longchamps… en plus petit. Ici le poteau du départ, la piste ensuite, et là-bas, vers les chaises, l’enceinte du pesage : il ne manque plus que, derrière, pour dominer le tout, la tribune du président de la République…

— Toujours méchante, mademoiselle Marcelle !… avait dit l’excellent garçon en s’éloignant, poursuivi par les appels flûtes de toutes les petites voix qui criaient derrière lui :

— Monsieur Canon ! monsieur Canon !…

Il se retourna encore, sans s’arrêter, répondant à tous d’un large sourire, puis disparut à l’angle du pavillon, tandis que la bande joyeuse s’éparpillait çà et là, comme une volée de moineaux pillards.

Marcelle reprit le chemin de l’hôtel, où la cloche allait appeler bientôt pour le dîner. M. Dubreuil, qui descendait de sa chambre, où il venait de terminer sa correspondance, la rencontra au moment même où elle montait le perron.

— Eh bien ! chérie, dit-il en l’enlevant de terre pour l’embrasser, avais-je raison de te promettre une belle journée pour aujourd’hui ? Vois-tu, le bon Dieu fait bien ce qu’il fait. Les prairies avaient grand besoin d’être arrosées et la terre avait soif : il fallait donc qu’une pluie vînt à tomber. Elle est tombée hier toute la journée, à la grande joie des cultivateurs : c’était de l’argent qui leur tombait ainsi du ciel.

Mais ce qui faisait le bonheur des paysans faisait le malheur des petites filles, n’est-ce pas ? Alors pour les récompenser d’avoir été patientes et sages, le ciel n’a pas voulu rester gris longtemps et il a cessé de pleuvoir. Tu vois bien que la bonne conduite a sa récompense !…