Ouvrir le menu principal

Page:Montesquieu - Le Temple de Gnide, 1824.djvu/82

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


reposa auprès de Vénus, et revint d’abord sur son sein. Il reprit l’essor ; il alla se reposer un peu plus loin, et revint encore sur le sein de Vénus. Il l’embrassa : elle lui sourit ; il l’embrassa encore, et badina avec elle ; et enfin il s’éleva dans les airs, d’où il règne sur toute la nature.

L’Amour, pour se venger de Céphise, l’a rendue la plus volage de toutes les belles ; il la fait brûler chaque jour d’une nouvelle flamme. Elle m’a aimé ; elle a aimé Daphnis, et elle aime aujourd’hui Cléon. Cruel Amour, c’est moi que vous punissez ! Je veux bien porter la peine de son crime ; mais n’auriez-vous point d’autres tourmens à me faire souffrir ?

FIN.