Ouvrir le menu principal

Page:Montesquieu - Œuvres complètes, éd. Laboulaye, t5.djvu/73

Cette page n’a pas encore été corrigée


LIVRE VINGT-TROISIÈME.


DES LOIS DANS LE RAPPORT
QU'ELLES SONT LE NOMBRE DES HABITANTS.


________


CHAPITRE PREMIER.


DES HOMMES ET DES ANIMAUX PAR RAPPORT
A LA MULTIPLICATION DE LEUR ESPÈCE.


O Vénus ! ô mère de L'Amour !

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

Dès le premier beau jour que ton astre ramène.

Les zéphyrs font sentir leur amoureuse haleine ;

La terre orne son sein de brillantes couleurs.

Et Pair est parfumé du doux esprit des fleurs.

On entend les oiseaux, frappés de ta puissance.

Par mille tons lascifs célébrer ta présence :

Pour la belle génisse on voit les fiers taureaux,

Ou bondir dans la plaine, ou traverser les eaux :

Enfin, les habitants des bois et des montagnes,

Des fleuves et des mers, et des vertes campagnes.

Brûlant à ton aspect d’amour et de désir.

S’engagent à peupler par l'attrait du plaisir :

Tant on aime à te suivre, et ce charmant empire,

Que donne la beauté [1] sur tout ce qui respire [2].

  1. Les éditions ordinaires donnent : Qu'exerce la beauté.
  2. Traduction du commencement de Lucrèce, par le sieur d'Hesnaut. (M.)